Pénoplastie d’élargissement ou Colman de la verge

  • Hospitalisation : 1 jour
  • Durée intervention : 1h
  • Pansements : 10 jours
  • Arrêt des activités sportives : 2 semaines
  • Résultat morphologique : 3 mois
  • Prix :
    - En Tunisie à partir de : 1200 €
    - A Prague : sur Devis
    - Prix moyen en France : 3800 €

EN BREF :



Pénoplastie d’allongement

  • Hospitalisation : 1 ou 2 jour(s)
  • Durée intervention : 2h
  • Pansements : 10 jours
  • Arrêt des activités sportives : 4 semaines
  • Résultat morphologique : 3 à 6 mois
  • Prix :
    - En Tunisie à partir de : 2000 €
    - A Prague : sur Devis
    - Prix moyen en France : 5500 €

 



Pénoplastie d’élargissement et Colman de la verge

  • Hospitalisation : 1 jour
  • Durée intervention : 1h
  • Pansements : 10 jours
  • Arrêt des activités sportives : 2 semaines
  • Résultat morphologique : 3 mois
  • Prix :
    - En Tunisie à partir de : 2800 €
    - A Prague : sur Devis
    - Prix moyen en France : 6500 €

 



Désenfouissement de la verge

  • Hospitalisation : 1 jour
  • Durée intervention : 45min
  • Pansements : 10 jours
  • Arrêt des activités sportives : 2 semaines
  • Résultat morphologique : 3 mois
  • Prix :
    - En Tunisie à partir de : 1000 €
    - A Prague : sur Devis
    - Prix moyen en France : 2800 €

Les pénoplasties d’allongement

Avant l’intervention, le rasage de toute la région est souhaitable, et une douche au savon antiseptique (Bétadine®), obligatoire.
Les incisions : une ou deux incisions seront pratiquées, l’une obligatoire dans les poils pubiens et à la racine de la verge, réalisant une cicatrice en forme d’Y, l’autre facultative, entre la verge et le scrotum.
Le geste opératoire : il consiste à agir sur deux structures, d’une part la désinsertion de la racine des corps caverneux sous l’os pubien et sa réinsertion en avant du pubis, d’autre part un allongement cutané sur les faces dorsale et ventrale de la verge.
Les sutures : on utilise beaucoup les fils résorbables, soit en points séparés sur la peau, soit même en points invisibles par des surjets sous-cutanés.
Le pansement : le pubis est drainé, souvent même pour une courte durée, avec un pansement un peu compressif qu’on laisse pendant quelques jours.
Les suites opératoires : le drain est laissé de 24 à 48 heures. La diurèse est surveillée au début. Les douleurs sont liées aux mouvements, et facilement contrôlées par le port d’un slip maille élastique médicalisé et par les antalgiques habituels. Les œdèmes sont souvent considérables initialement et peuvent fausser l’appréciation du résultat à ce stade. Enfin, il est conseillé de prendre des médicaments destinés à éviter une érection nocturne ou matinale incontrôlée, qui se révélerait douloureuse, voire dangereuse pour la pérennité des sutures. Il faut ensuite attendre entre 3 et 5 semaines avant de reprendre des activités sexuelles, en commençant d’ailleurs si possible par des séances d’autoérotisation.
Le résultat : l’appréciation du résultat est difficile, et ce sont souvent des batailles de millimètres aux mensurations qui emportent la conviction. Cependant, si l’attente est rationnelle, que l’information ait été bien faite, la satisfaction du patient est au rendez-vous. Il faut ensuite attendre la fin de l’évolution des cicatrices pour une pleine appréciation des résultats, qui par ailleurs sont durables.
Risques et complications : la technique peut être assortie de quelques inconvénients, notamment l’instabilité de la verge lors des rapports du fait de la section du ligament suspenseur. De vraies complications peuvent survenir également : hématomes, lâchage de sutures ou nécroses cutanées. D’autres techniques existent, qui ont chacune leurs résultats et leur risques, c’est au chirurgien d’en faire l’exposé préopératoire à son patient.
Le temps d’inaptitude au travail, de l’ordre de 15 jours, dépend en priorité de l’activité professionnelle.

Les pénoplasties d’élargissement

Augmenter la circonférence de la verge est beaucoup plus simple puisqu’on utilise une technique de Coleman, ou réinjection de graisse autologue. La graisse est habituellement prélevée sur le ventre ou le pubis, puis réinjectée à partir de micro-incisions situées dans le sillon à la base du gland. La quantité de graisse utilisée est en moyenne de 30 à 100 centimètres cubes, le long du fourreau de la verge, au contact des corps caverneux et en dessous de ses enveloppes. Le volume du gland ne peut pas être augmenté par cette technique.
Le postopératoire n’est pas très douloureux, mais il exige une hygiène régulière et soigneuse.
Une partie de la graisse se résorbe dans les premières semaines, le résultat n’apparaît donc comme définitif qu’après 3 à 6 mois. Il est alors possible d’envisager une deuxième intervention, puis parfois une troisième, jusqu’à obtention du volume désiré. Cette éventualité doit être parfaitement connue du patient avant d’entamer le processus, car chaque intervention est payante et sans aucune aide sociale de quelque sorte que ce soit.
Le temps d’inaptitude au travail est d’environ 1 semaine, et il faut compter de 2 500 à 4 500 € par séance.

Le désenfouissement de la verge

C’est une intervention peu connue du public, qui a pourtant beaucoup d’avantages. Simple à réaliser, elle consiste en une lipoaspiration à la canule fine de la graisse prépubienne chez l’homme. On peut parfaitement envisager de la pratiquer sous anesthésie locale pure, avec un minimum de bilan, en hospitalisation de jour.
L’allongement observé sur la partie visible de la verge au repos correspond au gain obtenu sur l’épaisseur des tissus graisseux traités.
Les suites sont vraiment très peu douloureuses. En revanche, dans la mesure où le pubis, surtout masculin, est difficile à comprimer en postopératoire, il est le siège d’ecchymoses parfois impressionnante mais sans danger, qui peuvent se prolonger pendant 2 à 3 semaines.
Les risques sont ici quasi inexistants, la reprise de l’activité sexuelle est envisageable dès la troisième semaine et le temps d’inaptitude au travail est de 1 ou 2 jours.

Conclusion

La chirurgie esthétique du pénis est peu ou pas connue du public. Ce n’est pas une chirurgie compliquée techniquement pour un chirurgien entraîné. En revanche, il faut poser les indications et soit savoir refuser une opération, ce qui demande de l’expérience et du doigté, soit accepter l’intervention, ce qui demande deux fois plus d’expérience et de doigté… Le suivi peut également se révéler complexe, aussi l’aide d’un sexologue est-elle souvent bienvenue. Avant de prendre une décision, le patient doit tout savoir, dans ce domaine peut-être encore plus que dans un autre.

0
Connecting
Please wait...
Send a message

Sorry, we aren't online at the moment. Leave a message.

Your name
* Email
* Describe your issue
Login now

Need more help? Save time by starting your support request online.

Your name
* Email
* Describe your issue
We're online!
Feedback

Help us help you better! Feel free to leave us any additional feedback.

How do you rate our support?
Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes